Dans le respect des traditions… Ohiduren errespetuan !
RETOUR ACCUEIL
L a   reprise   des   concessions   en   état   d’abandon   est   autorisée   par   les   articles   L.   2223-17,   L.   2223-18   et   R.   2223-12   à   R.2223- 23 du code général des collectivités territoriales (CGCT). Pour qu’une concession funéraire puisse faire l’objet d’une reprise, il convient qu’elle remplisse trois critères : - avoir plus de trente ans d’existence ; - la dernière inhumation a dû être effectuée il y a plus de 10 ans ; - être à l’état d’abandon. S’agissant   de   la   notion   d’état   d’abandon,   le   code   général   des   collectivités   territoriales   ne   donne   ici   aucune   précision. Toutefois,   il   ressort   de   la   jurisprudence   que   cet   état   se   caractérise   par   des   signes   extérieurs   nuisant   au   bon   ordre   et   à   la décence   du   cimetière.   Ainsi,   des   concessions   qui   offrent   une   vue   «   délabrée   et   envahie   par   les   ronces   ou   autres   plantes parasites   »   (CE,   24   nov.   1971,   Commune   de   Bourg-sur-Gironde)   ou   qui   sont   «   recouvertes   d’herbe   ou   sur   lesquelles poussent   des   arbustes   sauvages   »   (CAA   de   Nancy,   3   nov.   1994,   commune   de   Chissey-en-Morvan)   sont   reconnues   à   l’état d’abandon. La constatation de l’état d’abandon.   La constatation de l’état d’abandon constitue la première étape de la procédure. Il   convient   avant   tout   de   vérifier   que   la   concession   funéraire   a   plus   de   trente   ans   et   qu’aucune   inhumation   n’y   a   été effectuée depuis dix ans. NB   :   Les   concessions   centenaires   ou   perpétuelles,   dont   l’entretien   incombe   à   la   commune   ou   à   un   établissement   public   de coopération   intercommunale,   en   exécution   d’une   donation   ou   d’une   disposition   testamentaire   régulièrement   acceptée,   ne peuvent faire l’objet d’une procédure de reprise. La rédaction d’un procès-verbal de constat d’abandon. L’état   d’abandon   doit   être   constaté   par   procès-verbal   dressé   sur   place   par   le   maire   (ou   son   délégué)   après   transport   sur   les lieux,   accompagné   d’un   fonctionnaire   de   police   délégué   par   le   chef   de   circonscription   ou,   à   défaut   de   ce   dernier,   d’un garde champêtre ou d’un policier municipal. NB   :   si   la   commune   est   en   zone   gendarmerie   et   qu’elle   ne   dispose   ni   d’un   garde   champêtre,   ni   d’un   policier   municipal,   il   est conseillé que le maire soit accompagné d’un de ses adjoints. Si   le   maire   a   connaissance   de   descendants   ou   successeurs   du   concessionnaire   de   la   concession   abandonnée,   il   doit   les aviser   un   mois   à   l’avance,   par   lettre   recommandée   avec   accusé   de   réception,   du   jour   et   de   l’heure   de   la   constatation   et   les inviter à y participer. Faute d’adresse connue, l’avis doit être affiché à la mairie et à la porte du cimetière. Les   mentions   devant   figurer   dans   le   procès-verbal   sont   indiquées   à   l’article   R.   2223-14   du   CGCT   et   doivent   décrire   avec précision l’état dans lequel se trouve la concession. Cette   description   est   très   importante   car   c’est   grâce   à   elle   que,   trois   ans   plus   tard,   lors   du   second   constat,   on   pourra établir si des améliorations ont été apportées ou si, au contraire, les dégradations constatées ont évolué. L’affichage et la notification du procès-verbal. Le procès-verbal constatant l’état d’abandon doit être notifié aux représentants de la famille. Lorsqu’il   a   connaissance   de   l’existence   de   descendants   ou   successeurs   des   concessionnaires,   le   maire   doit   leur   notifier, par   lettre   recommandée   avec   accusé   de   réception,   copie   du   procès-verbal,   dans   les   huit   jours   qui   suivent   la   rédaction   du procès-verbal et les mettre en demeure de rétablir la concession en bon état d’entretien. Le   maire   doit   parallèlement   porter   à   la   connaissance   du   public,   dans   les   huit   jours   de   son   établissement,   des   extraits   du procès-verbal    en    les    faisant    afficher    durant    un    mois    à    la    mairie    et    au    cimetière,    à    deux    reprises    et    à    quinze    jours d’intervalle. NB   :   en   pratique,   interviennent   donc   trois   affichages   d'un   mois   entrecoupés   par   deux   quinzaines   sans   affichage.   Les extraits   de   ce   procès-verbal   font   donc   l'objet   de   trois   affichages   successifs   puisque   ces   affiches   sont   renouvelées   deux fois à quinze jours d'intervalle (cf. réponse ministérielle n° 04374 du 20 juin 2013, JO Sénat). Il est opportun que le maire tienne une liste des concessions dont l’état d’abandon a été constaté. L’état   d’abandon   constaté   par   procès-verbal   ne   doit   pas   avoir   été   interrompu   dans   les   trois   ans   qui   suivent   l’expiration   de la   période   des   affichages   par   un   acte   d’entretien   constaté   contradictoirement.   Si   tel   est   le   cas,   la   concession,   de   nouveau entretenue, sort de la procédure. Trois   ans   après   l’affichage   du   procès-verbal   de   constat,   un   nouveau   procès-verbal   rédigé   dans   les   mêmes   conditions   doit constater que la concession continue d’être en état d’abandon et doit notifier aux intéressés les mesures envisagées. Un mois après la notification, le maire saisit le conseil municipal afin de décider de la reprise ou non de la concession. La décision de reprise.   Aux   termes   de   l’article   L.   2223-17   du   CGCT,   la   reprise   par   la   commune   d’un   terrain   affecté   à   une   concession   en   état d’abandon   est   prononcée   par   arrêté   motivé   du   maire.   Le   maire   ne   peut   le   faire   que   dans   la   mesure   où   le   conseil   municipal s’est montré favorable à la mesure, mais il n’est pas tenu de suivre cet avis favorable. L’arrêté   du   maire,   qui   doit   être   porté   à   la   connaissance   du   public,   est   exécutoire   de   plein   droit   dès   qu’il   a   été   procédé   à   sa publication et à sa notification. La reprise des concessions et les droits de la commune sur les terrains repris.   Un   mois   après   la   publication   et   la   notification   de   l’arrêté   prononçant   la   reprise   de   la   concession   abandonnée,   le   maire   peut faire enlever les matériaux des monuments et les emblèmes funéraires restés sur la concession. Le   maire   peut   alors   concéder   à   nouveau   le   terrain   de   la   concession   reprise   à   condition   d’avoir   respecté   au   préalable   les trois formalités suivantes : avoir   fait   procéder   à   l’exhumation   des   restes   des   personnes   inhumées   dans   l’emplacement   repris   et   les   avoir   fait   réunir dans un cercueil ; avoir   fait   aussitôt   réinhumer   ces   restes   dans   un   emplacement   du   même   cimetière   affecté   à   perpétuité   par   un   arrêté municipal et aménagé en ossuaire. NB    :    lorsque    le    cimetière    n’offre    pas    d’emplacement    suffisant    pour    construire    un    ossuaire,    les    restes    peuvent    être transférés, par décision du maire, dans l’ossuaire d’un autre cimetière appartenant à la commune. avoir consigné les noms des personnes dans un registre tenu à la disposition du public.   ATTENTION   :   Le   contenu   extrêmement   pointilleux   de   la   procédure   de   reprise   de   concession   en   état   d'abandon   exige   un respect absolu des conditions, formalités et délais de procédure détaillés ci-dessus.   SOURCE : Association des Maires de France. http://www.amf.asso.fr/ Photo : DDM Jal.